docsanscible

Accueil > Sociétale > Sociale > Pas de frontières pas de guerres

Pas de frontières pas de guerres

dimanche 2 janvier 2022, par jules

En fait les nazillons franchouillards du cru - ou pas ! - veulent le retour des frontières, d’urgence. Examinons cela.

La polémique du 31 décembre 2021

Le drapeau européen a été accroché sous l’Arc de Triomphe place de l’Étoile à Paris, juste au-dessus des restes du Soldat Inconnu qui se serait - conditionnel tout de même puisqu’il s’agit d’un inconnu - battu pour "La France".

Qui est ce Soldat Inconnu outragé ?

Sans nul doute un brave petit gars tout à fait respectable mais tout à fait mobilisable, arraché à sa famille et envoyé se faire tuer loin de chez lui dans la boue sanguinolente autant que merdeuse des tranchées absurdes labourées en continu par les explosifs.

Et comment sait-t-on que c’est lui ?

On a effectivement eu du mal à le reconnaître ! Il faut dire aussi que se ramasser une guerre dont la puissance des armes déployées n’avait plus rien de comparable, en quantités délirantes, sur le coin de la figure, ça vous change un homme, forcément. Disons que lui a tout de même eu un peu de chance, s’il est possible de s’exprimer ainsi, d’avoir été retrouvé à peu près entier, ce qui n’est tout de même pas arrivé à pas mal de ses compagnons d’infortune éparpillés, quel qu’ait pu être leur camp d’origine. Sur le moment on a dû déduire que, comme pour beaucoup d’autres, au vu du contexte : l’endroit, les armements et équipements environnants, les autres restes comme les étoffes des tenues, il y avait toutes les chances qu’il provienne de ce camp-ci plutôt que d’un autre. Pourtant rien ne permet d’être complètement affirmatif, et il reste possible que ce fut un allié, un prisonnier adverse, peut-être même un civil. Mais au fond sa provenance n’a aucune espèce d’importance, il s’agissait d’un clampin qui aurait certainement préféré, à froid, faire autre chose que la guerre.

Après sa récupération, et dans l’impossibilité de lui ré-attribuer son nom de naissance, il a été tiré au sort parmi plusieurs de ses congénères dont on était parvenu à récupérer des choses significatives, par une main innocente. Il a alors été rebaptisé Monsieur "Inconnu", "Soldat" de son prénom, et s’est alors vu attribuer concession à perpète au beau milieu d’un rond-point, mais pas n’importe lequel tout de même : celui au croisement de toutes les routes de France.

Le premier Gilet Jaune ?

Certainement pas ! N’en déplaise aux nazillons qui voudraient en faire obligatoirement un symbole nationaliste avant même d’en faire un être humain :)

Puis est arrivé l’Europe

Et d’un commun accord la frontière a disparu. Plus de raison de se faire la guerre maintenant !

Non parce que oui, s’il est une chose qui doit être bien claire c’est que les frontières n’ont qu’un seul usage : fabriquer des militaires, les faire maugréer en leur piquant la moitié de leur zone de déplacement en les plaçant juste derrière, afin que ceux-ci n’aient qu’une seule obsession : les traverser pour aller planter des trucs pointus dans le ventre du voisin rebaptisé "ennemi" pour l’occasion, cramer ses baraques autour desquelles l’herbe a la mauvaise idée d’être plus verte que chez eux, faire les razzias, violer ses femmes et autres sortes de joyeusetés.
La guerre normale quoi ! Sauf que la guerre n’est jamais un acte "normal" ! La guerre n’est qu’une issue voulue par une poignée de nazillons plus ou moins infiltrés dans les pouvoirs. Supprimez-leur les frontières et les voilà bien embêtés pour motiver le chaland, qui vaque à ses occupations quotidiennes légitimes, d’aller trucider le voisin avec lequel il a la possibilité de faire librement de belles affaires réciproques :-))

L’exemple des États unis d’Amérique

Je vous vois venir : "il y a eu des guerres en Amérique du nord !" dites-vous ? "Et chtoc !" rajoutez-vous par dessus le marché ? Oui, certes il y a eu des guerres en Amérique du nord ; mais ça c’était avant ; avant la formation des États Unis :)

Le gros des États Unis, le "Mainland", a été parachevé en 1912, voyez cette animation, car il se prenait conscience depuis 1780 qu’il valait mieux s’unir que de se taper dessus. Et depuis cette date plus aucune guerre entre les états sur leur sol, pendant que dans le même temps, dans la vieille Europe, nous nous en collions encore au moins deux et pas des moindres : des mondiales d’Alsace-Lorraine s’il vous plaît ! sur le coin du museau entre nous.

De gros blocs pacifiés

Donnons-nous la peine d’examiner ces blocs. Les États unis bien entendu que nous venons juste d’évoquer, mais encore la Russie, la Chine, l’Inde, l’Australie. Qui a entendu parler de guerres à l’intérieur de ces nations ? La réponse est simple : personne ! :) Et pourquoi donc à votre avis ? Et bien simplement parce que lorsque l’on fait partie du même bloc, de la même Nation, on n’a aucune raison de se taper dessus !

Comparons avec l’Afrique à présent, quelles ques soient les raisons qui les empêchent de faire son unité. Un commentaire ?

Plein de choses intéressantes sous ce post Twitter.

Partout ça cherche à s’unir

Une première évidence : faire le poids à coté des gros blocs. Militairement aussi cela va de soi, mais plus prosaïquement commercialement d’abord. Et au travers du fait que le marché s’incommode mal des situations instables, pays en état de guerre et autres balivernes, s’apercevoir de la deuxième évidence : ces unions à but pacifiques se font dans la douceur.

Alors évidemment, sous prétexte de défendre la Nation de l’ennemi qui cherche à faire de même, les nazillons de derrière n’importe quelles frontières veulent bien eux aussi former de grands royaumes. Mais eux qui exècrent la coopération mutuelle et le partage le veulent sous leur seul contrôle total, à grands coups de génocides, d’annexions, d’invasions, d’occupations... qui laissent de très vilaines traces, restent forcément socialement instables et donc fragiles, refaisant surgir encore et toujours des conflits à relents nationalistes sur des braises mal éteintes, et ainsi continuent-ils d’exister sans fin.
Ce qu’il faut bien voir c’est que, quelles que soient leurs origines, et quelles que soient leurs railleries apparentes contre le voisin, au fond tous les nazillons du monde sont frères, d’accord entre eux pour guerroyer leurs civils réciproques. Car ce sont bien oui leurs seuls civils qui se tapent dessus et non eux directement ! L’internationale nazillonne, la nazillonnerie mondialisée, est bel et bien une réalité. Un doute ? :)

Mais lorsque l’unité se fait dans la fraternité alors les voici désarçonnés. Ils s’étranglent alors immédiatement et borlent : "Nos frontières !" afin de tenter de raviver du nationalisme local, une sorte de fierté d’être né ici plutôt que chez les pseudo-"étrangers" d’à coté, la larme au coin de l’œil, ce qui est entièrement logique : si leur pays s’unit avec les voisins ils vont disparaître. Il ne restera alors plus rien de leurs insignifiants groupuscules nazillons microcosmiques régionaux et de leurs influences débiles. Sans leurs frontières à eux proches de chez eux, les nazillons n’ont alors plus aucune raison d’être. Et puisque celles de leur nouvel état ne sont pas les leurs ils n’ont juste plus rien. Ils ne sont juste plus rien. Pas même de la poussière, pas même un peu de vent. Juste rien, comme ça : Pfuit !

1er janvier 2022 fin de la polémique

Pour dégonfler le soufflé conspirationniste des réseaux - ou pas :) - le drapeau européen a été décroché de l’Arc de Triomphe ; mais aucun drapeau français ne l’a remplacé. Le Soldat Inconnu aura peut être au moins eu le temps d’apercevoir qu’il n’était peut-être pas mort pour rien. Que celle qui l’a enrôlée n’avait manqué que de peu d’être la "der des der" ; qu’il y avait encore une frontière de trop. Mais ça y est maintenant elle est partie ;)

Dors paisiblement Inconnu Soldat

Si tu te réveillais tu retrouverais, planant autour de ton ultime bière, les même charognards qui t’ont bourré le gosier d’alcool fort pour annihiler tes peurs d’aller trucider le plus connement du monde ton propre frère qui n’avait qu’un seul tort : être né de l’autre coté d’une sorte de ligne imaginaire inutile qui a toujours eu l’inconvénient de ne rien arrêter du tout, pas même les fiertés criminelles.

On va donc former en toute amitié entre les peuples un grand pays en s’épargnant d’envoyer nos enfants au casse-pipe qui, jadis, prit ta vie et celles de tes camarades. On va créer une grande nation où il fera le meilleur vivre possible.

Dors paisiblement Inconnu Soldat, on va leur régler leur compte... tout en douceur ! Et contre cela les nazillons qui exhibent encore ton corps à l’état de super-héros pourfendeur d’ennemis ne pourront rien et disparaîtront :)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.